Transhumanisme : cartographie des mondes posthumains

Nicolas Crozatier, chercheur à l’université de Grenoble 2 UPMF – Université Pierre Mendès France, a publié en 2014, un mémoire intitulé :
Transhumanisme et héritage prométhéen : cartographie des mondes posthumains

Résumé : On entend parler depuis 2002 d’une révolution en train de s’opérer, celle des technologies convergentes, plus communément appelées NBIC (pour Nanotechnologies, Biotechnologies, technologies de l’Information et sciences Cognitives). Cette révolution technologique est associée à une révolution scientifique que certains nomment le “petit BANG”, où “BANG” est à la fois une référence explicite au Big Bang et un acronyme permettant de désigner les quatre composants de base des NBIC, à savoir les bits, les atomes, les neurones et les gènes. Les NBIC permettent de manipuler la matière à l’échelle des atomes et des molécules. Or, à cette échelle, l’organique ne se distingue plus de l’inorganique, le vivant de l’inerte, l’homme de la machine, ce qui rend possible la combinaison des deux. Les ambitions des NBIC sont portées, à leur plus haut niveau, par les transhumanistes, qui souhaitent que l’humanité prenne en charge sa propre évolution. Ils prônent le passage de l’humanité telle que nous la connaissons actuellement à une post-humanité, c’est-à-dire à une humanité technologiquement augmentée et débarrassée des limites naturelles de l’être humain : d’une part combattre la maladie, le handicap, la vieillesse et la sénescence, et empêcher la mort ; d’autre part augmenter les capacités humaines et notamment les facultés cognitives et physiques.

Nous souhaitons avec ce mémoire apporter un regard philosophique sur les nouvelles technologies, et en particulier sur les différentes visions du progrès qui les accompagnent. Nous nous focaliserons, à ce compte, plus particulièrement sur le mouvement transhumaniste et nous tâcherons, entre autres, de nous débarrasser des “éthiquettes” et des préjugés qui pèsent sur ce dernier afin de le considérer pour ce qu’il prétend être et mettre à l’épreuve sa pertinence philosophique. Parmi les lignes directrices de ce travail, on retiendra également l’intérêt porté aux imaginaires du progrès et aux récits de science-fiction qui accompagnent les avancées des sciences et techniques.

Transhumanisme-et-heritage-prometheen

Pour télécharger le PDF du mémoire, c’est par ici >>

Photo de Une : Mise au point d’une prothese de main pour développer la sensation du toucher. Darpa

Jean-Rémi

New Media journalist and Publisher

Une pensée sur “Transhumanisme : cartographie des mondes posthumains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *